Les marionnettes de Noël

Chargement du lecteur...


Conte allemand. 


Un gnome avait fait son logis sous l’escalier d’une vieille maison.
La famille qui habitait là ne l’avait jamais vu, car le gnome ne sortait que la nuit. Hans, le père, était un menuisier très habile. Il fabriquait des lits, des tables et des armoires en bois pour tout le village. Hélas, cette année-là, l’hiver était très froid, la neige tombait depuis des jours et plus personne ne lui donnait de travail. Les villageois ne mettaient le nez dehors que pour aller au marché, puis ils rentraient vite se réchauffer devant une bonne soupe. Bientôt, Hans le menuisier n’eut plus d’argent. Sa femme et ses enfants avaient froid et faim.

Un soir, le pauvre homme s’assit sur son escalier et se mit à pleurer :
– Je ne sais plus quoi faire, si seulement quelqu’un pouvait m’aider…
C’est alors que le gnome sortit de sa cachette et dit à Hans :
– Écoute ! Je sais comment tu peux gagner de l’argent. Regarde-moi bien, puis file à l’atelier et sculpte dans le bois des poupées de ma taille.
Ta femme leur fera des petits habits et tu les emporteras au marché.
– Tu crois ? dit le menuisier, tout surpris de parler avec ce petit bonhomme.
Pour sûr ! répondit celui-ci. C’est bientôt Noël, tout le monde t’en achètera !
Et zou ! le gnome disparut sous l’escalier. Hans le menuisier se demanda s’il n’avait pas rêvé, mais il décida de se mettre au travail.

Durant la nuit, il tailla dans le bois toutes sortes de pantins : des bergers, des princesses, des rois, des dragons et même des loups et des sorcières.
Le lendemain, il réveilla sa femme et ses enfants et leur dit :
– J’ai fabriqué des pantins de bois pour les vendre au marché. Il faut les peindre et les habiller. Vite, venez m’aider !
Sa femme trouva que c’était une drôle d’idée mais elle se mit à coudre des petits habits de toutes les couleurs. Quant aux enfants, ils étaient ravis de peindre des yeux, une bouche, des cheveux sur les pantins, puis de les vêtir de leurs jolis costumes.

La veille de Noël, le menuisier partit au marché avec sa hotte pleine de pantins. Il les installa sur une table et attendit. Mais le temps passait et personne ne s’intéressait à lui. Le pauvre homme était déçu et, en plus, il tremblait de froid. Soudain, le gnome de l’escalier surgit de sous la table.
– Je crois qu’il faut que je t’aide encore un peu ! s’écria-t-il en tirant de sa poche une pelote de fil transparent. Attache ces fils aux bras et aux jambes de tes pantins pour les faire vivre. Tu verras, c’est facile. Crois-moi, ces marionnettes te rendront célèbre !

Le menuisier se dit qu’il pouvait toujours essayer et il attacha les fils aux bras et aux jambes des marionnettes. Petit à petit, il parvint à les faire bouger comme si elles étaient vivantes !
Et voilà qu’une fillette s’approcha, émerveillée. Elle appela son frère qui appela sa mère qui appela sa voisine, et ainsi de suite.
– Je prends le gendarme pour mon fils ! s’écria le boucher.
– Moi, je veux le roi ! dit la boulangère.
– Et moi, le loup ! réclama une petite fille.

Tout le monde voulait des marionnettes ! Le menuisier rentra chez lui les poches remplies de pièces.
Au marché, il avait acheté de quoi faire un bon réveillon de Noël. Ainsi sa famille se régala d’oie rôtie, de choux, de pommes de terre et de gâteaux à la cannelle.
Avant d’aller se coucher, Hans n’oublia pas de déposer une part de viande et des gâteaux au pied de l’escalier pour remercier le gnome. Mais jamais il ne revit le petit bonhomme…

Depuis, à chaque Noël, il fabrique un théâtre de marionnettes et va de village en village raconter de belles histoires aux enfants. Et, comme c’est étrange… une de ces histoires parle d’un gentil gnome qui habite sous l’escalier d’une vieille maison !

Adaptation : Valérie Chevereau
Illustration : Amélie Dufour
Interprète : Anna Reyé
Réalisation : Nicolas Blondel
Production audio : Les Disques Pavillon