Les trois frères amoureux

Chargement du lecteur...


Conte du Moyen Orient. 


Un sultan avait trois fils, Houssain, Ali, et Ahmed. Le sultan avait aussi auprès de lui sa nièce, la princesse Aïcha, qui était orpheline.
La jeune fille était d’une grande beauté et elle avait beaucoup d’esprit.
Un jour, le sultan s’aperçut que ses trois fils étaient amoureux d’Aïcha et voulaient l’épouser. Comment choisir l’un plutôt que l’autre ?
Le sultan annonça à ses fils :
– Chers enfants, vous aimez tous les trois Aïcha, mais un seul d’entre vous pourra l’épouser. Je vous demande donc de partir aux quatre coins du monde à la recherche d’un objet très rare. Celui qui rapportera l’objet le plus extraordinaire épousera Aïcha.
Vite, les trois garçons se mirent en route.

Houssain, l’aîné, arriva en Égypte. Il rencontra un marchand qui lui proposa un tapis, ni très beau, ni très grand, mais très cher.
– Pourquoi vends-tu ce tapis un tel prix ? demanda Houssain.
– C’est parce qu’il est magique, mon prince, répondit le vendeur. Celui qui s’assoit dessus est transporté là où il le souhaite.
« C’est merveilleux, pensa Houssain, j’ai trouvé l’objet le plus rare ! »
– Je l’achète, dit-il au marchand.
Et hop ! il sauta sur le tapis volant et retourna chez son père.

Ali, le deuxième fils, alla en Perse. Au marché, un vieil homme lui proposa une longue-vue, ni très belle, ni très grande, mais très chère.
– Pourquoi vends-tu cet objet un tel prix ? demanda Ali au marchand.
– Celui qui regarde dedans voit ce qu’il souhaite voir, répondit le vieil homme.
Bien sûr, Ali l’essaya. Il voulait voir la belle Aïcha, et miracle ! il la vit. La belle était en train de peigner ses longs cheveux.
« Quel objet extraordinaire, se dit Ali. Mes frères n’en auront sûrement pas trouvés de plus rares. »
Alors il acheta la longue-vue et rentra chez son père.

Pendant ce temps, le plus jeune frère, Ahmed, avait rejoint la Chine.
C’est un marchand de pommes qu’il rencontra. Celui-ci lui en proposa une, ni très belle, ni très grosse, mais très chère.
– Pourquoi vends-tu ce fruit un tel prix ? demanda Ahmed au vendeur.
Le marchand lui répondit :
– Parce que celui qui est malade guérira immédiatement s’il la mange.
Le prince Ahmed comprit qu’il venait de trouver l’objet extraordinaire qu’il cherchait. Il l’acheta et rentra chez son père.

Sur le chemin du retour, les trois frères se rencontrèrent. Chacun montra alors sa trouvaille aux autres. Quand Houssain essaya la longue-vue d’Ali, il voulut voir Aïcha. Et, hélas, il vit que la jeune fille était très malade… Il le dit à ses frères et aussitôt les garçons s’envolèrent sur le tapis de Houssain pour rejoindre leur bien-aimée. Dès leur arrivée, ils lui firent croquer la pomme magique achetée par Ahmed. Et ainsi, ils purent sauver leur chère Aïcha.
Quand le sultan apprit cette aventure, il dit :
– Mes enfants, vous avez sauvé Aïcha tous ensemble. Il faut donc à nouveau vous départager. Pour cela, je vous propose un concours de tir à l’arc. Celui qui tirera sa flèche le plus loin sera le mari d’Aïcha.
Et c’est ce qui fut fait. Houssain lança sa flèche le premier. Ali envoya ensuite sa flèche plus loin qu’Houssain. Ahmed tira le dernier, mais on ne retrouva pas sa flèche. Ce fut donc Ali qui épousa la belle Aïcha. Ce qui tombait plutôt bien car elle aussi était amoureuse de lui !
Au lieu de se fâcher, les deux autres frères se réjouirent pour eux, car ils avaient décidé que rien ne pourrait les séparer dans la vie. Puis ils partirent dans le vaste monde chercher la femme de leurs rêves… sur leur tapis volant !

Adaptation : Marie Aubinais
Illustration : Anne-Sophie Droulers
Interprète : Bastien Guerry
Réalisation : Nicolas Blondel
Production audio : Les Disques Pavillon