Conte de Côte d’Ivoire

Chargement du lecteur...

Le lézard et l’œuf de poule

Le lézard et l’œuf de poule étaient des amis. On les voyait toujours ensemble.

Un jour, lézard dit à l’œuf de poule :

– « Mon cher ami, allons manger des mangues !

– « Quoi ? lui dit l’œuf de poule, tu as déjà vu un œuf monter sur un arbre ?

– « Je t’aiderai à monter. C’est ça l’amitié »

Le lézard marcha devant et l’œuf de poule roula derrière.

Ils arrivèrent au pied de l’arbre. L’œuf de poule monta sur son ami et tous les deux parvinrent à se hisser sur le manguier.
Ils mangèrent des mangues juteuses pendant des heures.

Quand il finit de manger, le lézard descendit seul. L’œuf de poule l’appela :

– « Ami lézard, aide-moi à descendre ». Le lézard éclate de rire :

– « Quand tu mangeais, tu le mettais dans le ventre de qui ? Si tu veux descendre, débrouille-toi ».

Kakou Ananzé – l’araignée qui passait par là – leur demanda l’objet de leur dispute. Après avoir écouté les deux versions des faits, elle dit :

– « Lézard, tu as tort. On ne peut pas renier sa parole ».
– « Ça, c’est ta vision des choses Kakou. Je lui avais promis de l’aider à monter, pas à descendre. »

Kakou Ananzé essaya de raisonner le lézard en vain. De guerre lasse, elle continua son chemin.

Après son départ, l’œuf de poule dit au lézard :

– « Peux-tu au moins rassembler des feuilles pour amortir ma chute ? ».

Le lézard fit semblant de rassembler les feuilles mais glissa une grosse pierre sous le tas. L’œuf de poule, ayant une totale confiance en son ami, sauta.
Il se brisa sur la pierre.

Le lézard se mit à rire et à danser de joie. En dansant, il ne vit pas qu’il y avait une herbe rampante.
L’herbe lui coupa la tête.

Constatant la mort du lézard, l’herbe rampante à son tour se mit à chanter et à danser. Elle ne vit pas le feu arriver.
Elle fut brulée par le feu.

Ce dernier se mit à son tour à chanter et à danser de joie. Mais il ne vit pas l’eau arriver.
Elle tua le feu.

L’eau se mit aussitôt à chanter et à danser. Mais en chantant et en dansant, elle ne vit pas un troupeau de gazelles arriver.
Elles burent toute l’eau.

Elles aussi se mirent automatiquement à chanter et à danser mais ne virent pas le chasseur arriver.
Le chasseur arma, tira et tua les bêtes.

Il se mit lui aussi à chanter et à danser comme un fou.
Mais la mort arriva et tua le chasseur.

Contente de son fait, la mort se mit à chanter et à danser.
La vie arriva comme un éclair et tua la mort.

Heureuse, la vie se mit à chanter et à danser.
Le Créateur arriva observa le désastre et fit disparaître la vie.

Il effaça le premier monde qu’il avait créé mais que les êtres avaient rendu immonde.

Il refit un deuxième monde plein de justice et il demanda à Kakou Ananzé, l’araignée, de régler les affaires du monde.

Kakou rassembla tous les êtres et leur dit :

– « Si nous voulons vivre longtemps sur terre, il ne faut pas que nous nous réjouissions du malheur de nos voisins ».

A partir de ce jour, l’amitié est devenue sacrée en ce monde et ceux qui la trahissent subissent seuls le malheur de la solitude.

Conte Côte d’Ivoire