Conte du Mali

Chargement du lecteur...

Samou-la-Misère

A Dougoulina, vivait un vieux paysan. Il était pauvre et malheureux. On l’appelait Samou-la-misère. Il avait une femme malingre et deux chétifs enfants.

Samou était un gros travailleur.
Tous les ans, il semait, mais la sécheresse ou les oiseaux pillards venaient à bout de ses efforts.
Misérable, Samou décida d’aller dans les mines d’or de Koulikoro. Il y creusa des puits innombrables mais ne vit pas briller la moindre pépite.
Affamée, sa femme tomba malade et mourut.
Samou aussi rendit l’âme quelques semaines plus tard.

Ses enfants furent alors considérés comme des damnés.
Ils devinrent des mendiants. Toutes les portes se fermaient à leur approche.

Les deux petits enfants s’exilèrent dans la forêt qui devint leur mère nourricière. Les enfants reprirent bonne mine. Mais le soir, ils pleuraient cet abandon des hommes.
Un matin, les enfants furent réveillés par le tonnerre. L’ainé dit à son jeune frère :

– « Que faire ? »

– « Faisons comme notre père. Chantons sa chanson magique »

– « ôh pluie bienfaisante, messagère de bonheur, arrose toutes les terres mais épargne les terres de Dougoulina, le village des mauvaises gens ».

Dès que les enfants dirent la complainte, la masse des nuages bascula et s’en alla arroser d’autres terres.

Au village, cette première pluie manquée fut durement ressentie. Mais le chef dit :

– « Bon, l’hivernage n’est qu’à son début ».

Au cours des semaines qui suivirent, les enfants faisaient encore partir les nuages. Les habitants souffraient. Petit à petit, la peur s’installa.
Un des charlatans dit :

– « Les fétiches n’ont pas été honorés »

Des animaux domestiques furent sacrifiés. Mais la pluie refusait de tomber sur Dougoulina…

Les villageois s’accusèrent mutuellement. Il y eut des bagarres. Mais la pluie ne tomba pas.

Un jour, un étranger arriva. Il fut bien reçu et dit :

-« Je suis un chasseur. Je connais parfaitement le secret des hommes et de la brousse. Vous êtes les vrais responsables de vos malheurs. Au prochain coup de tonnerre, je sortirai avec les hommes encore valides dans les bois ».

Le lendemain, ils s’en allèrent dans la brousse. Tout le monde se tapit dans les bois et attendit.
Le tonnerre gronda.
Sortant de la futaie, deux petits gamins, nus comme des vers, vinrent dans la clairière. Ils firent face aux nuages et chantèrent.

Encore une fois, la masse des nuages s’en alla. Le chasseur sortit des bois arborant un grand sourire vers les enfants.
Il leur présenta deux grandes tranches de viande. Les enfants hésitèrent puis mangèrent.

« Habillez-les. Prenez bien soins d’eux » ! dit-il.

Les enfants furent royalement traités.
Quand le tonnerre gronda, ils vinrent sur la place publique les yeux baignés de larmes et chantèrent :

« ôh pluie bienfaisante, messagère de bonheur, arrose les terres de Dougoulina qui traite bien ses orphelins ».

De mémoire de vieillard, jamais Dougoulina ne reçut une telle averse.

Depuis ce jour, on dit cet adage Bambara : « L’homme vient entre les mains des hommes et s’en va entre les mains des hommes ».

Conte du Mali