Femmes et sciences

Regard sur les femmes scientifiques, d'hier et d'aujourdhui

Focus

Regards d’aujourd’hui / Vanessa Dehée, étudiante à l’Ecole des Mines, Paris

Vanessa dehée

Regards d’aujourd’hui / Vanessa Dehée, étudiante à l’Ecole des Mines, Paris

Regards d’aujourd’hui / Thaima Samman, fondatrice de « Women in Leadership »

thaimacoupe

Regards d’aujourd’hui / Thaima Samman, fondatrice de « Women in Leadership »

Regards d’aujourd’hui / Luisa Prista, Commission Européenne

Luisa Prista

Regards d’aujourd’hui / Luisa Prista, Commission Européenne

Regards d’aujourd’hui / Claudie Haigneré, présidente d’universcience

Claudie Haigneré

Regards d’aujourd’hui / Claudie Haigneré, présidente d’universcience

Rosalind Elsie Franklin (1920-1958)

Rosalind-Elsie-Franklin

Son père aurait aimé que Rosalind Elsie Franklin s’investisse dans des œuvres de bienfaisance…

Rosalind Elsie Franklin (1920-1958)

Amalie Emmy Noether (1882-1935)

emmynoether

Mademoiselle Noether est la plus grande mathématicienne qui a jamais vécu…

Amalie Emmy Noether (1882-1935)

Lise Meitner (1878-1968)

lisemeitner

En 1944, Otto Hahn reçoit, seul, le prix Nobel pour avoir découvert la fission nucléaire induite. Jamais il ne l’associa à sa découverte…

Lise Meitner (1878-1968)

Marie Curie, née Sklodowska (1867-1934)

marie-curie

Prix Nobel de physique avec son mari en 1903 ; prix Nobel de Chimie en 1911, elle est non seulement la première femme nobélisée mais aussi la seule à l’avoir été deux fois.

Marie Curie, née Sklodowska (1867-1934)

Ada Lovelace (1815-1852)

ada-lovelace

De sa collaboratrice, le mathématicien britannique Charles Babbage dit qu’elle est « L’enchanteresse des nombres ».

Ada Lovelace (1815-1852)

Emilie du Châtelet (1706-1749)

emilieduchatelet

Au siècle des lumières, elle est une scientifique avant l’heure, occupée de philosophie autant que de mathématiques ou de physique.

Emilie du Châtelet (1706-1749)

Ada Lovelace (1815-1852)

ada-lovelace

De sa collaboratrice, le mathématicien britannique Charles Babbage dit qu’elle est « L’enchanteresse des nombres ».
Ada Lovelace, morte trop tôt d’un cancer à 36 ans, est la fille légitime du poète Lord Byron et d’Annabella Milbanke qui, après avoir rompu avec son époux, donne à sa fille une éducation scientifique des plus rigoureuses. Parmi les précepteurs privés qui sont les siens, Auguste de Morgan (mathématicien fondateur de la logique moderne) a sur elle une grande influence.
Dans ses vingt ans, elle rencontre Charles Babbage, premier mathématicien à concevoir les principes de l’ordinateur, et devient rapidement son indispensable assistante. S’il est en effet le concepteur du premier ordinateur, c’est à Ada Lovelace qu’il revient d’avoir conçu les diagrammes propres au fonctionnement de cette machine et d’inventer ce qui demeure le premier langage informatique.
De la Machine Analytique de Babbage – exposée au Science Museum de Londres – Ada Lovelace disait qu’elle « n’a nullement la prétention de créer quelque chose par elle-même. Elle peut exécuter tout ce que nous saurons lui ordonner d’exécuter […]. Son rôle est de nous aider à effecteur ce que nous savons déjà dominer. »
Pour l’ensemble des informaticiens, cette femme est à juste raison la première programmatrice de l’histoire.

© Science Photo Library – Image issue du Livre « Women in Science », édité par la Commission européenne