Le Bateau fantôme

(D’après une légende acadienne)

Vous croyez que les pirates des siècles derniers ne sillonnaient que les mers lointaines? Et si je vous disais que la baie des Chaleurs, qui sépare la péninsule gaspésienne du Nouveau-Brunswick, a aussi compté son lot de pirates, seriez-vous surpris? Le plus connu d’entre eux fut sans aucun doute le capitaine Craig. L’histoire que je vous raconte se passe au dix-huitième siècle. À l’époque, de nombreux navires venaient dans la baie des Chaleurs faire du commerce. Il n’y avait pas encore de phares, de bouées ou de quai. À l’approche de la côte, les bateaux devaient hisser un drapeau pour demander à un pilote expérimenté de monter à bord et de les guider jusqu’au rivage en évitant les récifs et autres obstacles. Une fois le bateau ancré en sécurité, ses occupants allaient passer la journée sur la terre ferme, cherchant surtout à atteindre les villages indiens, où ils pouvaient échanger leurs verroteries et leurs marchandises sans valeur contre de précieuses fourrures.

bf_final-01

Le capitaine Craig était le pire de tous ces visiteurs. Il n’hésitait pas à exploiter, voler et même kidnapper… Il visitait des villages des environs chaque année. Quand il arriva en vue de la côte, cette année-là comme les autres, il demanda un pilote. L’homme qui répondit à l’appel était connu pour être habile, fort et courageux. Il mena facilement le bateau à bon port. Le capitaine et son équipage passèrent la journée sur la terre ferme à accomplir leurs méfaits, puis ils regagnèrent leur bateau et demandèrent au pilote de les guider jusqu’à la mer. Dès que le navire se fut éloigné de la terre, le pilote entendit des bruits étranges venant de la cale. Inquiet, il tendit l’oreille : pas de doute, des cris et des gémissements s’élevaient jusqu’à lui. Il exigea de fouiller le bateau. Le capitaine et son premier lieutenant refusèrent, évidemment, mais à force de menaces, l’imposant pilote réussit à se faire obéir. Il découvrit avec horreur deux jeunes Indiennes, ligotées et cachées sous des piles de fourrures. Sans aucun scrupule, le capitaine Craig avait saoulé les Indiens avant de piller tout le village et de kidnapper les deux jeunes filles.

Le pilote raccompagna les deux Indiennes jusqu’à la terre ferme. Tremblantes, encore sous le coup de la peur, elles le remercièrent vivement. Lorsqu’il voulut aller terminer son travail et conduire le bateau du capitaine Craig hors de la zone de navigation dangereuse, elles le supplièrent de ne pas y aller. Elles affirmèrent avoir jeté un sort au navire. Le pilote, n’y croyant qu’à moitié, retourna sur le pont du bateau. Il y était depuis quelques minutes à peine lorsqu’un orage terrible se leva. Les vagues étaient immenses et le bateau était ballotté de tous côtés. Il finit par se fracasser contre les rochers, tuant du même coup tous les membres de l’équipage, à part le capitaine Craig et son premier lieutenant. Ces derniers tentèrent de regagner la rive à la nage mais se noyèrent rapidement. Un seul homme fut sauvé : le pilote. Il nagea jusqu’au rivage, porté par les vagues qui semblaient vouloir lui venir en aide.

Depuis ce jour, quand le temps est orageux, les habitants de Bathurst voient souvent apparaître un navire en feu sur la mer. Plusieurs témoins jurent avoir vu le mystérieux vaisseau en flammes au large pendant de longues minutes. Certains entendent même parfois les cris de l’équipage et voient le drapeau hissé pour appeler un pilote. Mais rien ni personne ne pourra plus les sauver, désormais. Le bateau du capitaine Craig et tout son équipage sont condamnés à errer sur les eaux pour l’éternité.

 

Texte : Martine Latulippe
Illustration : Alexandra Myotte