Ma première nuit en France

Ils nous racontent leur première nuit loin de chez eux...

Focus

Ines, Mexique, 2007

Ines, Mexique, 2007

Lamia, Algérie, 2001

Lamia, Algérie, 2001

Adrian, Roumanie 2000

Adrian, Roumanie 2000

Abdellah, Maroc, 1998

Abdellah, Maroc, 1998

Aguilane, Inde, 1998

Aguilane, Inde, 1998

Mamoudou, Mali, 1998

Mamoudou, Mali, 1998

Susana, Brésil, 1997

Susana, Brésil, 1997

Denis, Québec, 1995

Denis, Québec, 1995

Juan, Chili, 1983

Juan, Chili, 1983

Mickaël, Etats-Unis, 1979

Mickaël, Etats-Unis, 1979

Angelika, Allemagne, 1975

Angelika, Allemagne, 1975

Jenny, Grèce, 1975

Jenny, Grèce, 1975

Manuel et Maria, Portugal, 1972-1973

Manuel et Maria, Portugal, 1972-1973

Salwa, Liban, 1972

Salwa, Liban, 1972

Margani, Somalie, 1970

Margani, Somalie, 1970

Kitty, Tunisie, 1962

Kitty, Tunisie, 1962

André, Maroc, 1957

André, Maroc, 1957

Berek, Pologne, 1931

Berek, Pologne, 1931

Florentino, Espagne, 1939

Florentino, Espagne, 1939

Yvette, Rwanda, 1991

Yvette, Rwanda, 1991

Jenny, Grèce, 1975

En 1975, la Grèce se libère à peine de la «dictature des colonels» qui a vu l’officier Geórgios Papadópoulos s’attribuer les pleins pouvoirs depuis 1967. Redevenue une démocratie, le pays connaîtra les années suivantes une forte croissance économique, notamment grâce au tourisme.

2-jenny-angleterre

 

Je m’appelle Jenny. J’avais 24 ans lorsque je suis arrivée en France. C’était au mois de septembre 1975.

J’arrivais de Grèce, mais je suis Britannique. Je croyais, dans mon innocence, qu’on avait un endroit pour moi pour dormir. Pour moi, c’était prévu. J’avais vaguement le souvenir qu’on devait me donner un logement de fonction.

Le proviseur est allé chercher une jeune professeure d’anglais en me disant qu’elle s’occuperait de moi et de ce problème de logement. Tout de suite, quand elle a entendu le problème, elle me dit « Jenny, si tu veux, si tu n’as pas peur de la campagne, des souris, des araignées…Moi j’ai une petite maison dans un petit village à côté. Si ça te plaît, on pourrait peut-être cohabiter dans cette maison ».

On franchit le portail et la porte d’entrée. La tante ouvre la porte. Je pense que la tante a quand même été très surprise, mais elle s’est tout de suite occupée des choses pratiques. J’ai eu tout de suite ma chambre, qui est restée ma chambre d’ailleurs. Je suis retournée très souvent dans cette maison. Il y avait un vieux poêle. On a tout de suite cherché du bois. On a allumé le feu. Elle a sorti une vieille bouillotte en cuivre avec une petite housse de lin, des grands draps de lin, le grand duvet. Il y avait une telle chaleur. Je ressentais chaque chose. Les draps, la bouillotte, le feu, la petite salle d’eau. Je dois dire maintenant, je ne le savais bien sûr pas, que ce soir la j’ai été accueillie dans cette famille.

Cette première nuit, j’ai dû entendre hurler le vieux chien. Un vieux chien aveugle qui par une sorte de rituel se mettait à hurler quand la nuit tombait. Je ne l’avais jamais entendu dans des circonstances pareilles. Ça, c’est le son qui est le plus associé à ce souvenir…