Ma première nuit en France

Ils nous racontent leur première nuit loin de chez eux...

Focus

Ines, Mexique, 2007

Ines, Mexique, 2007

Lamia, Algérie, 2001

Lamia, Algérie, 2001

Adrian, Roumanie 2000

Adrian, Roumanie 2000

Abdellah, Maroc, 1998

Abdellah, Maroc, 1998

Aguilane, Inde, 1998

Aguilane, Inde, 1998

Mamoudou, Mali, 1998

Mamoudou, Mali, 1998

Susana, Brésil, 1997

Susana, Brésil, 1997

Denis, Québec, 1995

Denis, Québec, 1995

Juan, Chili, 1983

Juan, Chili, 1983

Mickaël, Etats-Unis, 1979

Mickaël, Etats-Unis, 1979

Angelika, Allemagne, 1975

Angelika, Allemagne, 1975

Jenny, Grèce, 1975

Jenny, Grèce, 1975

Manuel et Maria, Portugal, 1972-1973

Manuel et Maria, Portugal, 1972-1973

Salwa, Liban, 1972

Salwa, Liban, 1972

Margani, Somalie, 1970

Margani, Somalie, 1970

Kitty, Tunisie, 1962

Kitty, Tunisie, 1962

André, Maroc, 1957

André, Maroc, 1957

Berek, Pologne, 1931

Berek, Pologne, 1931

Florentino, Espagne, 1939

Florentino, Espagne, 1939

Yvette, Rwanda, 1991

Yvette, Rwanda, 1991

Lamia, Algérie, 2001

En 2001, l’Algérie sort de presque dix ans d’une atroce guerre civile opposant l’armée nationale populaire et plusieurs groupes islamistes. Entre 60 000 et 100 000 morts plus tard, le gouvernement l’emporte et finit par obtenir la reddition des factions adverses.  Abdelaziz Bouteflika est élu président en 1999 et cherche à obtenir la concorde nationale et à relancer l’économie de l’Algérie. 

6-lamia-algerie

Je m’appelle Lamia. J’avais 29 ans quand je suis arrivée en France. Je suis arrivée le 22 février 2001, de ma ville natale.

Je me suis réveillée le matin pour me préparer, pour aller faire ma dialyse en Algérie. Avant que je parte, je suis allée aux bains turcs pour me détendre.

Mon frère est venu dire à ma mère, j’ai besoin de Lamia. Il faut qu’elle parte maintenant à Paris. Je suis sortie du bain à la hâte. J’ai pris l’avion qui était en train de m’attendre et je suis venue à Paris.

Ma première nuit en France, c’est la nuit de ma deuxième naissance. On m’a réveillée. On m’a donné un comprimé pour que je me rendorme une seconde fois. Et là, je ne sais pas ce qui s’est passé. J’ai vraiment dormi. Je savais que j’allais me faire transplanter. J’avais vraiment confiance en moi parce que je ne savais que j’étais entre de bonnes mains.

Je suis venue avec un livre. Que je n’ai pas terminé de lire dans ma ville, dans mon pays. Un livre d’un auteur égyptien, Naguib Mahfouz, ça s’appelle « Entre deux palais ». Je lisais toujours cette histoire au moment de mes dialyses et je voulais vraiment terminer cette histoire en France. Jusqu’à maintenant, j’ai gardé le livre, mais je ne l’ai jamais terminé….