Les racuspoteurs

Dans l'intimité des Belges

À propos

« Les Racuspoteurs », c’est un nouveau webdocumentaire proposé par les équipes de la cellule webcréation de RTBF Interactive et de « Tout ça (ne nous rendra pas le Congo) ». Série de reportages intimes où les protagonistes incarnent le propos, sans commentaires, et où la belgitude est à son paroxysme, « Les Racuspoteurs » […]

À propos

« #ChampagneHermes »

« #ChampagneHermes »

« Génération :p »

« Génération :p »

« Depuis que Philippe… »

« Depuis que Philippe… »

« La gueule de l’emploi »

« La gueule de l’emploi »

« Humour noir »

« Humour noir »

« Sexe, tarte et chantilly »

« Sexe, tarte et chantilly »

« Diablesses et alors ! »

« Diablesses et alors ! »

« Pom pom pom pom »

« Pom pom pom pom »

« Ni Dieu, ni maître »

« Ni Dieu, ni maître »

« Bipceps, please »

« Bipceps, please »

« Humour noir »

« Me taxer moi de raciste, cela me fait vraiment mal. Ma fille sort avec un Turc et je suis encore allé manger un couscous le week-end dernier. Donc, franchement, me taxer de racisme, c’est totalement faux. » Philippe Vande Walle. « Moi raciste ? J’adore le couscous et les bricks à l’oeuf. » Nadine Morano. L’emblème antiraciste, ce n’est apparemment plus la petite main jaune avec le slogan « Touche pas à mon pote » (non, ce n’est pas Cyril Hanouna qui a inventé l’expression), c’est le saladier de couscous. A toutes les sauces, le couscous. Génération couscous. We are the world, we are the couscous. Qui l’eût cru, un peu de semoule, de poulet, quelques légumes et hop, on se transforme en Martin Luther King en Rosa Parks, on s’asseoit à l’avant du bus et on lève le poing en l’air. Exemple d’application dans la vraie vie : un Black prend moyen la bonne blague sur ses origines qu’on vient de lui faire ? « Détends-toi mec, relax, je mange du couscous. » Ouverture facile. Existe aussi en surgelé.