Les fêtes nationales

Parmi les célébrations laïques propres au Niger, on compte trois grandes fêtes nationales :

Tout commence par un référendum, organisé par le Général De Gaulle le 28 septembre 1958. La France vient de mettre en place sa Ve République et souhaite abolir l’ancienne Union française pour créer à la place une Communauté française, une association politique entre la France et les États de son empire colonial au sein de laquelle « les États jouissent de l’autonomie […], s’administrent eux-mêmes et gèrent démocratiquement et librement leurs propres affaires ». Il est donc demandé aux colonies de choisir entre le « oui », qui permet d’appartenir à cette nouvelle Communauté franco-africaine, et le « non », qui suppose l’indépendance immédiate.

Après de nombreuses confrontation d’idées, c’est finalement le « oui » qui l’emporte1. Le 18 décembre 1958, un nouveau conseil de gouvernement est alors élu et le Niger, désormais « État membre de la Communauté », devient « République du Niger ». Ambassadeur de cette décision, le Président Diori Hamani déclare : « En ce monde moderne, où l’évolution suit l’accélération de l’histoire, l’élan d’émancipation s’est emparé également du Niger. […] Nous ferons en sorte que le [pays] devienne un État libre et indépendant dans l’amitié avec la France ». Car un vent de liberté souffle sur l’Afrique… Preuve en est, deux ans plus tard, 17 pays africains – dont le Niger – réclameront leur autonomie.

Quoi qu’il en soit, ces changements politiques ont eu le mérite de doter le pays d’une architecture institutionnelle, d’organiser les services de l’État et de servir de socle à la gestion de l’indépendance qui surviendra en 1960. Ce fut également une nouvelle étape vers une liberté politique et une émancipation institutionnelle2.

Depuis, le 18 décembre est férié et un grand défilé militaire et civil est organisé chaque année pour commémorer l’événement.

Jusqu’à leurs adoptions respectives, les attributs de la République du Niger étaient ceux de la Communauté française, définis pour l’ensemble des États membres. Le drapeau et la devise du Niger ne seront créés que le 23 novembre 1959. L’hymne national, la nationalité nigérienne, les sceaux et les armoiries ne seront institués qu’en 1961.

 

Cette date célèbre l’anniversaire de l’indépendance du Niger, obtenue en 1960 comme 16 autres États africains la même année. Après avoir été 38 ans une colonie française, le Niger devient autonome le 3 août 1960.

En 1975, l’État nigérien, conscient de l’urgence environnementale, décide de faire coïncider cette date avec une autre célébration : la Fête de l’Arbre. Chaque année depuis, la tradition veut que chaque Nigérien plante un arbre en vue de lutter contre la désertification galopante du pays.

 

 

Cette journée a été instituée après la signature de l’accord de paix, le 24 avril 1995, entre le gouvernement du Niger et l’organisation de la résistance touarègue armée (ORA).

Cet accord marque la fin de plusieurs années de conflits, notamment par la création d’un comité spécial de paix. Il prévoit également la libre gestion par les collectivités territoriales en ce qui concerne la réalisation des actions de développement économique, social et culturel. Enfin, il souligne le « caractère unitaire indivisible, démocratique et social de la République du Niger ».

Aujourd’hui, cette fête a dépassé son cadre historique originel. Elle est devenue une célébration de l’unité nationale et de la cohésion entre toutes les ethnies du pays.

 

Pour aller plus loin

 

Références
Sources

 

Lire un autre article →