Forum des Images

Un voyage intemporel au cœur du 7ème art

Par Magali Delmas                                    Naissance d’archives audiovisuelles. Né sous le nom de vidéothèque en 1988 pour se faire « la mémoire audiovisuelle » de Paris, le Forum des images célèbre le(s) cinéma(s) sous tous ses aspects. Sa mission est de partager, éduquer, transcender […]

Un voyage intemporel au cœur du 7ème art

Le Pont-Neuf

Le Pont-Neuf

Le Pont-Neuf

Les trottoirs du Pont-Neuf : un regard nouveau sur Paris Du Pont des Pleurs à celui qui vous fait prendre de la hauteur Détrompez-vous, le Pont-Neuf est loin d’être le dernier né. Avec son âge séculaire il figure parmi les premiers ! Paradoxal dites-vous ? Idée révolutionnaire et royale ! D’un temps il marque la rupture ! Premier pont doté […]

Le Pont-Neuf

La Tour Eiffel

La Tour Eiffel

La Tour Eiffel

La Dame de fer dont tous les yeux ne peuvent se défaire La Dame de fer : symbole d’un savoir-faire 1889 : l’Exposition universelle révèle les atours de « la tour de 300 mètres » ! La France veut détonner et par sa supériorité technique étonner. Un concours dans cet esprit est lancé. Gustave Eiffel et sa Dame de Fer  […]

La Tour Eiffel

Le Moulin Rouge

Le Moulin Rouge

Le Moulin Rouge

On voit Rouge au Moulin de la Place Blanche Le vent d’une humeur frivole souffle dans les années folles Après l’horreur de la guerre, honneur à la culture populaire ! Légèreté, insouciance, effervescence des sens pour une France assoiffée de gaité et de vitalité. Après les bombes, les barrières sociales et les conventions tombent ! Cercles littéraires, […]

Le Moulin Rouge

Les Tuileries

Les Tuileries

Les Tuileries

Du caprice de Médicis les promeneurs en font leur quatre heures Des fours de tuiles aux tours dans le jardin de ville L’idée aurait germé dans l’esprit de François 1er. Ce dernier ne sera pourtant que le promeneur du jardin de son esprit rêveur. L’instigatrice, c’est Catherine de Médicis. Veuve d’Henri II, mère de toute une […]

Les Tuileries

La Champ de Mars

La Champ de Mars

Le Champ de Mars

Un champ qui traverse, indemne, toutes les saisons… Quand le Dieu l’emporte sur le Roi… Quel est le point commun entre le Roi de la pomme de terre et le Dieu romain de la Guerre ? Le Champs…de Mars ! A l’origine, une plaine (de Grenelle) à l’abandon qui n’attend qu’un peu d’attention ! Antoine de Parmentier se […]

Le Champ de Mars

Rue Castiglione

Rue Castiglione

Rue Castiglione

Castiglione-Vendôme : un binôme qui détonne ! Petite rue inconnue embrassant l’une des places les plus en vue A première vue, où diriez-vous qu’elle se situe, cette rue ? La Castiglione ? Qu’on ne s’étonne si personne ne la visualise précisément ! Elle fait partie d’un quartier ou l’on rêve d’ériger un hôtel au Monopoly. Si l’on vous dit qu’elle […]

Rue Castiglione

Place de la Concorde

Place de la Concorde

Place de la Concorde

La Concorde : de la pomme de la discorde à la place où tous s’accordent Une Place royale couronne la fin du mal du souverain Sans conteste la plus grande place de Paris de par sa superficie dans tous les esprits ! C’est pourtant de l’ampleur des spectacles sanglants joués dans ce théâtre vivant dont les mémoires sont […]

Place de la Concorde

Place de la République

Une place citoyenne d’envergure aux allures haussmanniennes Triangulaire, rectangulaire ou révolutionnaire ? Une place à la physionomique géométrique comme figure de la République ! Elle naît triangulaire sous le nom de « Place du Château-d’Eau » en référence à la fontaine qui y coule à flots en 1811. Elle se fait rectangulaire sous le Second Empire dans les mains […]

Place de la République

Place de la République

Place de la République

Place de l’Opéra

Place de l’Opéra

Place de l’Opéra

Pari(s) gagné pour Charles Garnier Temple lyrique né d’un engouement aristocratique pharaonique Dans le Paris « Belle Epoque » des années 1900, se divertir rime avec sortir. Sur l’art lyrique l’attention de la bourgeoisie et de l’aristocratie se porte et des autres spectacles on se moque ! L’opéra les a charmées avec ses airs qui ont tout  pour […]

Place de l’Opéra

Notre-Dame

La belle muse, Notre-Dame des vilains tours du temps s’amuse Ô Marie, si tu savais…que cette Cathédrale est de ton fait… L’histoire raconte que la Vierge Marie aurait inspiré cette œuvre architecturale bien avant que le pêché d’orgueil ne soit capital. Eriger un lieu de culte en hommage à la Bienheureuse telle fut l’idée épiscopale […]

Notre-Dame

Notre-Dame

Notre-Dame

Place de l’Opéra

Pari(s) gagné pour Charles Garnier

Temple lyrique né d’un engouement aristocratique pharaonique

Dans le Paris « Belle Epoque » des années 1900, se divertir rime avec sortir. Sur l’art lyrique l’attention de la bourgeoisie et de l’aristocratie se porte et des autres spectacles on se moque ! L’opéra les a charmées avec ses airs qui ont tout  pour les distraire. Prêtes à tout pour un instant musical hors du temps, de lieu en lieu elles vont, toujours animées par un intérêt constant, l’Opéra étant en ce temps un genre de musique avant de devenir cet endroit mythique.

Une succession de malédictions se jouent à répétitions sur la scène du théâtre de Louvois et de l’Opéra Le Peletier. La trame de chaque scénario est empreinte d’un complot et relève plus du drame que de la comédie ! L’assassinat du Duc de Berry venu écouter « le Rossignol, le Carnaval de Venise et les noces de Gamache » avec sa femme (13 février 1820) et l’incendie de 1873 ruinent tout avenir d’autres représentations en ces lieux.

De ces cendres va naître l’Opéra Garnier et avec lui la voix de l’Opéra vient de trouver une autre voie pour se faire entendre.

Du dessein politique de Napoléon aux dessins de Charles Garnier il n’y a qu’un pas de petit rat…de l’Opéra

Echafauder les plans d’un opéra régnait déjà dans l’air du temps. C’est Napoléon III l’homme-orchestre du chantier qui donne le la et Charles Garnier qui entre en scène pour le réaliser. Inconnu avant que son nom sur toutes les lèvres ne soit promu, en 1861 ce jeune architecte de 35 ans entreprend l’œuvre architecturale d’envergure à laquelle il dédie 14 ans de sa vie et lui vaudra le surnom de « Véronèse de l’architecture ».

Le Tout-Paris applaudit ce chef-d’œuvre atypique, classé monument historique depuis 1923, fasciné par ce subtil mélange d’audace, d’éclectisme et de baroque. Incarnation du luxe et des plaisirs du « Paris Spectacle de l’époque », allégorie de  l’art officiel du Second Empire, sa magie opère et les parisiens conquiert.

L’histoire raconte que l’attrait de Napoléon pour la construction de cette institution émane du monarque plus que du mélomane qui considérait cette scène comme un lieu d’affluence idéal pour asseoir son influence.

Opéras, ballets se succèdent, le fantôme des charmes de l’Opéra à jamais les mémoires possède

Inauguré le  5 janvier 1875, l’édifice devient le théâtre « à l’italienne » le plus éminent d’Europe (172 m de long, 124 m de large et 79 m de haut, il peut contenir plus de 2000 spectateurs).

Monument au corps classique mais aux décors poétiques il séduit son public. Paré d’atours lyriques : « la danse » de Jean-Baptiste Carpeaux, « la musique instrumentale» d’Eugène Guillaume, « l’harmonie » de François Jouffroy et « le drame lyrique » de Jean Perraud, son style audacieux en fait la renommée et attire le regard du monde entier.

Opéras, ballets réunissent le Tout-Paris de l’époque à chaque lever de rideau sur la scène de l’Opéra : Gounod, Massenet, Offenbach, Wagner…compositeurs, chanteurs, danseurs défilent au fil du temps; ce monument et ses divertissements, eux, le traversent toujours avec ce même succès enivrant.

Comme les airs qui s’y jouent, les mauvais tours du temps il déjoue

Les affres du temps et la pollution en rien ne dévastent la magnificence de l’Opéra Garnier. Restructurations et coups de pinceaux se sont succédé pour redonner faste, éclat et flamboyance à son allure mais son architecture d’antan a traversé les ans sans le moindre changement.

Aujourd’hui il est l’une des plus belles parures de Paris .